mercredi 4 septembre 2013

"How a cat may loose one of his lives."



Avant de lui envoyer la RSPCA au cul, j'ai pris entre quatre yeux Kalev Erickson, l'un des archivistes du conflit moderne, afin qu'il s'explique à propos des horribles livres sur les 'tits chats qu'il auto-édite avec amour pour ensuite les vendre sous le manteau. D'où lui vient cette haine des matous ? Comment lui est venu l'idée de ce projet ? À quoi peuvent bien ressembler les gens qui achètent ses livres ? Est-ce que les prochains numéros seront aussi trash que les deux premiers ?...
Voilà, in extenso, ce que le garçon à répondu à mon interrogatoire   :

"J'aime vraiment les chats ! Et j'en ai eu plusieurs au cours de ma vie. Le projet est né parce que je voulais présenter un nouveau livre à Arles l'été dernier, il se trouve que nous (Archive of Modern Conflict) avions acheté des archives incroyables de la presse colombienne, qui contenaient les "mangeurs de chats" du Pérou. C'était plus une question de bon moment au bon endroit, que le désir de faire quelque chose avec des chats morts. 

J'ai commencé à développer l'idée durant la production de ce livre sur les mangeurs de chats - réaliser une série de 9 livres, chacun sur la façon dont un chat peut perdre une de ses vies. Ce projet relève autant du pari que du sujet même. Tous les livres sont fabriqués à la main à 30 exemplaires. Ils sont vendus uniquement dans les festivals de photo et le prix, déterminé par les coûts de production, reste le même pour toute l'édition. Je veux juste rentrer dans mes frais.

Les gens qui achètent ces livres n'ont pas de problème à regarder des chats morts - par ailleurs, il n'y a pas de portrait type de l'acheteur. Ceci dit, quelques-uns qui ont acheté le premier livre ont eu plus de mal avec celui-ci, il y aurait donc des limites. Le prochain, qui j'espère sera prêt pour Paris Photo en Novembre, sera beaucoup moins graphique et plus suggestif que les deux précédents. Sinon, je continue de travailler sur ​​la collecte de photos pour les numéros suivants.

Ce qui est marrant avec ce deuxième livre, c'est que j'ai moi-même commencé à prendre des photos de chats écrasés sur la route, jusqu'à ce qu'un ami me parle du travail de Xulio Villarino. Depuis plusieurs années, il photographie lui aussi, dans le cadre d'un projet perso, des animaux écrasés. Je l'ai donc contacté et lui ai demandé ses photos de chats écrasés - il m'en a envoyé plus de 70 ! La majorité était beaucoup plus macabre que ce qui apparaît dans le livre. Pour l'edit, je me suis concentré sur les images qui ont un élément graphique fort, et qui donne vaguement l'impression d'un voyage dans l'espace. Il existe effectivement des photographies de nébuleuses prises à partir de télescopes qui pourraient être confondues avec les restes d'un chat écrasé en décomposition, comme dans la dernière image du livre."


Et pour ceux qui préfèrent les v.o. :

"I actually love cats ! And have had some most of my life. The project arrived because I wanted to have a new book to take to Arles last summer, it just so happened that we (AMC) had purchased an amazing Colombian press archive, that contained the 'cat eaters' in Peru. It was more a question of right time right place, than a desire to do something with dead cats.

During the production of the books was when I began to expand the idea - to produce a series of 9 books each about how a cat may loose one of his lives. As much as the project is about the subject it is equally about an exercise in bookmaking. As all are to be produced by hand in an edition of 30. They are only sold at photography festivals and the price determined by production costs stays the same for the whole edition. I intend to only cover my costs.

I only know that the people buying the books don't have a problem with looking at dead cats - otherwise there is no demographic. Interestingly a few who bought the first book couldn't deal with the second, suggesting there are limits. Actually the next book, which I hope to have ready for Paris in November is much less graphic and more suggestive than the previous two. I'm also working on and collecting material for subsequent books.

This second book was interesting because I had actually started shooting road kill cats myself, until a friend told me about Xulio's work. He had been photographing roadkill (as a private project) for many years. I contacted him and asked for his road kill cats - he sent more than 70 images ! The majority far more macabre than what appear in the book. In the edit I focused on the images that had a graphic element to them, And that loosely resembled a journey into space. There are actually Hubble images of gas nebulas that could be mistaken for the faded remains of a squashed cat like the last image in the book."

Kalev Erickson / Xulio Villarino : 2/9 (2013)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...