dimanche 3 juillet 2011

Alain Cavalier : L'Insoumis (1964)




Enfant, j'adorais les films policiers avec Alain Delon parce qu'à la fin les personnages qu'il interprétait finissaient quasiment toujours par mourir. A l'époque, je ne savais pas que ce rituel avait débuté dès 1964. En préambule, je tiens aussi à préciser  que, pour moi, le Alain Delon des sixties est de loin le plus beau gosse du cinéma.

Nous sommes quelques-uns à le savoir mais il est toujours bon de le rappeler : Alain Cavalier n'a pas attendu l'invention de la DV pour être ce cinéaste génialement atypique, preuve en est avec son deuxième film.

L'Insoumis débute comme un polar politique en Algérie, du côté OAS, juste après le Putsch des Généraux, vire au film d'amour passionnel et se termine dans une ferme au Luxembourg. Alain Cavalier ne fait rien pour séduire son public, et d'autant plus son public de l'époque : le personnage principal est antipathique (par la grâce de Cavalier, ce légionnaire déserteur finira néanmoins par émouvoir le spectateur), et le cadre de l'histoire s'inscrit dans une actualité des plus controversées (et non ! Le Petit Soldat de Godard n'est pas le seul film français de l'époque à aborder frontalement la Guerre d'Algérie !).

Ce qui frappe aussi, c'est cette approche déjà très intériorisée, intimiste, des personnages et de leur psychologie, une approche qui deviendra petit à petit la marque du réalisateur. Et puis il y a cette magnifique partition de Georges Delerue aussi émouvante que discrète : "Avec Georges Delerue, nous avons décidé de ne commencer à entendre l'orchestre qu'après 50 minutes de film. Au moment où le héros comprend qu'il peut mourir. Cette entrée tardive, je me souviens, était si réussie que le spectateur n'était pas surpris mais simplement pris par la main pour aller ailleurs, vers un pays plus vaste que l'image" (Alain Cavalier interviewé par Stéphane Lerouge dans le CD Le Mépris de la collection Ecoutez le Cinéma)


Comme avec son premier film, Le Combat dans l'île, Alain Cavalier fait évidemment un bide avec L'Insoumis. Il connait un tout petit peu plus de succès avec les 2 suivants, Mise à Sac (pas vu !) en 1967  et La Chamade (sublime !) en 1968. Un début de reconnaissance qui ne l'empêcha pas de s'éclipser 8 années, avant de revenir avec le génial Le Plein de Super en 1976.

Alain Cavalier méritait amplement la gloire que connurent ses pairs de la Nouvelle Vague mais l'histoire en décida autrement. Collaborer avec Delon, Deneuve ou Delerue n'y changea malheureusement rien.

Et sinon qui n'a pas encore vu Pater ?


7 commentaires:

  1. Trop la honte, j'ai écris ça ce matin à la va-vite avec mes pieds ! Désolé !

    RépondreSupprimer
  2. Ce film figure dans mon top10 ever ! C'est bien de le voir salué ici ! Et on est d'accord sur le Delon des sixties à la beauté totalement hors-norme.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis avide de découvrir du Cavalier "vintage". Grâce à ce qui ré-émerge ça et là sur des blogs avisés, on peut enfin voir ces films peu diffusés et non édités. Vu aussi récemment "Martin et Léa" grâce aux introuvables, film encore fictionnel mais qui amorce une transition vers le courant auto-fiction de Cavalier. Toute la méthode y est déjà là : s'emparer d'un couple dont l'un est acteur et filmer leur relation transposée dans le cadre d'une fiction, avec toujours l'arrière plan politique de la france et cette fois-ci, l'indochine. Depuis ma vision vendredi de "Pater", j'en garde un souvenir des plus amusés. Je ne comprends toujours pas par quelle bizarrerie et quel détour d'esprit Cavalier en est venu à cette idée (transposer la relation père-fils en prez-prim) mais le film est assez savoureux avec un humour à la fois subtil et un peu potache...

    RépondreSupprimer
  4. Ecrit avec les pieds peut-être, lu avec plaisir plus sûrement. Quoiqu'il en soit, tu m'as donné envie de sortir des mes films US habituels. De fait, le thème de Delerue est absolument imparable, comme souvent d'ailleurs. L'extrait parait donner le ton, et me fait penser, par association d'idée aux duos qu'ont formé Godard/Bebel d'une part, Cavalier/Delon d'autre part.

    RépondreSupprimer
  5. Galaxie de la Ronce19 juillet 2011 à 18:20

    c'est vrai que c'est le plus beau gosse du cinéma français !! mais quel con aussi...Mais bon acteur car ça ne se voit pas.

    RépondreSupprimer
  6. Alain Delon est tout simplement exceptionnel dans ce film tout comme Cavalier dans Pater.
    Et Alain Delon n'est pas un con...du tout, du tout.

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour l'upload. Très très bon. Viens de revoir M. Klein avec et produit par Delon, imbu oui, loin d'être con, vieilli mais toujours superbe dans le Nouvelle vague de Godard ...

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...